Les gardiens du secret (au Tennis)

Le secret est donc abhorré comme un obstacle à la libre circulation de la Transparence, et cet obstacle se dédouble selon deux opérateurs différents. Les agents, que l’on peut classer en actifs ou passifs, bénéficiaires ou victimes, ne peuvent seuls le maintenir sans l’action, paradoxale, parce qu’elle étend le nombre de ceux « au courant », de ses gardiens complices.

Les gardiens sont ceux qui, avertis, ont choisi de ne rien dire, et qui prolongent donc la période d’efficacité du secret, jusqu’au scandale final, postulé par la Transparence toujours victorieuse. Ils sont les plus condamnables, parce qu’en tant que gardiens, c’est-à-dire récipiendaires du secret, ils avaient, plus que tout autre, la possibilité de révéler le scandale, et donc le devoir de le faire.

Tricheurs au Tennis, non !

Aujourd’hui, la BBC et le site BuzzFeed révèlent des cas de matchs truqués dans un sport à l’image pourtant flegmatique et aristocratique, le tennis. Seize joueurs classés dans le Top 50 en activité sont accusés. Leurs noms sont, pour le moment, encore biffés. Cela permet de faire principalement porter la pression scandalisée sur les gardiens.

En l’occurrence, l’ATP (l’Association des joueurs de Tennis Professionnels). Qui se défend immédiatement, par son président Chris Kermode, justement sur ce point délicat, d’avoir été complice par le silence : « Les autorités du tennis rejettent toute allégation selon laquelle des preuves de trucage de matches auraient été cachées ou ne feraient pas l’objet d’une enquête approfondie ».

La double négation est toujours maladroite pour réfuter une accusation… Si je comprends bien : non, des faits suspects ne seraient pas absents d’une enquête !

Nous retrouverons cet enchaînement caractéristique : une enquête, dont on apprendra peut-être qu’elle est locale (voir le scandale Volkswagen) ; une révélation médiatique ; l’organisme chargé du contrôle annonçant une enquête ; alors qu’il dispose d’un outil ad hoc, resté impuissant.

En effet, une Unité pour l’Intégrité du Tennis (UIT) avait été créée en 2008. Sans aucune action sur ce scandale précis apparemment, alors que le milieu savait bien que des matches de seconde zone étaient achetés, pour des sommes non négligeables du fait des montants de paris sportifs en jeu.

Encore une fois, comme les scandales récents dont nous reparlerons, c’est donc un secret de Polichinelle qui éclate ici au jour

Bonus 1 : secret et caviardage

Dans les documents des services secrets, la tradition était de caviarder des passages en les biffant. Vous le constatez, c’est encore très paradoxal, puisque l’on signale l’information que l’on ne veut pas donner.

Redacted_CIA_document

Cette méthode est très peu efficace malgré les apparences, et très tôt il a été possible de les dé-caviarder (longue pratique entre Soviétiques et Américains).

Lors de la libération d’une otage italienne en Irak en 2005, l’informatique s’est montrée non pas un outil de révélation mais carrément de gaffe, tant l’opération de noircissement était maladroite.

En revanche, pour déchiffrer totalement les lettres de Marie-Antoinette, il a fallu plus de ruse mathématique, par l’intervention du laboratoire ETIS, Equipes Traitement de l’Information et Systèmes de l’Université de Cergy-Pontoise.

lettre4janv1792-extrait

Bonus 2 : application politique, Sarkozy contre « les corps intermédiaires »

Nicolas Sarkozy (l’un des plus sincères et ardents promoteurs du monde de la Transparence), alors candidat, le 19 février 2012 à Marseille, énonce dans un discours très intéressant de ce point de vue, et sans le savoir peut-être, plusieurs piliers théoriques de la Transparence.

Les « corps intermédiaires » n’ont jamais aussi bien été nommés, ce sont bien les corps qui viennent bloquer le trajet lumineux de la Vérité, des gardiens du secret institutionnalisés, des nœuds dans le circuit.

Quelques citations, parmi d’autres !

Dire la vérité (avec une amusante tautologie finale) :

« Quand on aime la France, on dit la vérité aux Français sur ce que l’on veut faire, sinon on jette un discrédit sur une parole publique qui n’a pas besoin d’être discréditée. »

« La vérité ne me fait pas peur. »

Chercher la vérité

« Où est la vérité – à moins que nous n’ayons pas bien compris – quand on dit chaque jour le contraire de la veille ? »

Stigmatisation des corps intermédiaires : les gardiens du secret

« Pendant cinq ans j’ai pu mesurer la puissance des corps intermédiaires qui s’interposent parfois entre le peuple et le sommet de l’État. »