Le scandale du scandale

On comprend bien pourquoi le secret constitue une anomalie dans le monde de la Transparence : Il bloque la circulation sans obstacle des informations, il fige et opacifie ce milieu éthéré dont la Physique du début du XXè siècle s’est débarrassée (avec Einstein).

Le scandale médiatique contemporain est ainsi plus que la révélation d’une information retenue et masquée (je discuterai bientôt cela), c’est surtout la réaction collective et indignée envers l’idée d’un secret qui serait tenu à l’écart de la connaissance publique (le scandale est celui du scandale encore possible).

L’étymologie de « secret » remonte au latin et à se-cerno, c’est-à-dire « ce qui distingue », « ce qui met à part ». Pour le dire autrement, ce que la Transparence abhorre, c’est la distinction qui hiérarchise, la discrimination toujours accompagnée d’impensé, et de tu. Elle cherche à réunir et égaliser, tandis que le secret fragmente le corps national entre la minorité de ceux qui savent et la majorité qui est inavertie ; qui manque de Lumières et, de ce fait, reste aliénée et dominée.

 

la regle du jeuLa grande Illusion (film de Jean Renoir, 1937)